Landmannalaugar et la réserve naturelle de Fjallabak

M. Lisa

De l‘autre côté du volcan Hekla qui domine les plaines agricoles du sud-ouest, découvrez la réserve naturelle du Fjallabak et ses paysages sauvages, tout droit sortis de l‘imagination extravagante d‘un démiurge débridé. N‘ayons pas peur des mots : s’il ne fallait visiter qu’une région en Islande, ce serait celle là !

Landmannalaugar


Au centre névralgique du Fjallabak se trouve le célèbre site de Landmannalaugar, point de passage quasiment incontournable pour la majorité des voyageurs un peu pressés. Mais on comprend vite pourquoi ! Modelé par un volcanisme acide et une activité géothermique importante, ce site et ses environs immédiats se déclinent en une variété spectaculaire de paysages. Dans un vif déchainement de couleurs, la ligne d’horizon ondule et balance au fil de reliefs accidentés. Se dessine alors un décor somptueux de montagnes et de canyons, de cratères et de lacs, de coulées de lave et de déserts… Ajoutez à cela la présence d‘une rivière d‘eau chaude naturelle dans laquelle il fait bon barboter, hiver comme été, et vous aurez vite compris que la fascination qu‘exerce ce site sur l‘esprit des voyageurs est loin d‘être infondée.

Cependant, par-delà Landmannalaugar, d‘autres sites moins connus mais tout aussi spectaculaires de la région du Fjallabak ne cesseront pas de surprendre et d‘émerveiller ceux qui voudront bien s‘attarder un peu et s‘éloigner des sentiers battus.

Landmannahellir


Circulant sur la route de Dómadalsleið (F225) qui mène à Landmannalaugar depuis les contreforts du volcan Hekla, il est facile de passer complètement à côté des plaines verdoyantes de Landmannahellir. Ce site, situé en retrait de la piste principale, n‘est souvent regardé que comme une escale pour ceux qui voudraient, le temps d‘une nuit, camper ou dormir en refuge à distance raisonnable de Landmannalaugar, trop souvent victime de son succès en été et ne pouvant accueillir tout le monde. Cependant, Landmannahellir et ses environs valent bien plus qu‘un court arrêt et recèlent de vraies merveilles, à commencer par le sommet de Löðmundur, accessible par un sentier de randonnée au départ du refuge. Du haut de ses 1077 m d‘altitude, la montagne offre des vues imprenables sur la moitié sud de l‘Islande. Par temps clair, il est notamment possible d‘observer à l‘horizon les principaux glaciers du pays, du Langjökull au nord-ouest jusqu‘au Vatnajökull à l‘est, en passant par le Hofsjökull au nord. À l‘inverse, si la visibilité est réduite, surtout quand le brouillard tombe sur le sommet, il devient très facile de s‘égarer, le balisage du sentier étant malheureusement plutôt aléatoire !

Non loin de là, dans un rayon de 5km autour du refuge de Landmannahellir, on trouve aussi de très beaux lacs, blottis au creux de montagnes aux contours arrondis. Le bleu profond de leurs eaux offre un contraste saisissant avec le vert pétaradant de l‘herbe et de la mousse qui recouvrent les reliefs. Par endroits, les paysages, composés d‘une roche volcanique sombre d‘origine basaltique, sont striés par la neige de l‘hiver passé qui, dans les ravines les plus profondes, n‘aura pas toujours assez de temps lors de la trop courte saison estivale pour fondre complètement. Enfin, ici et là, quelques moutons paissant paisiblement et en toute liberté, ponctuent aussi le paysage, nous rappelant que la présence de l‘homme, bien que le plus souvent totalement effacée des paysages, n‘est pour autant pas complètement étrangère à ces lieux féériques.

Le trek de Laugavegur...


Landmannalaugar est le point de départ du sentier balisé de Laugavegur. Ce magnifique trek est réalisable en 4 à 7 jours et vous mène à travers la réserve naturelle de Fjallabak, jusqu‘à la côte sud de l‘Islande en passant par le plateau volcanique de Hrafntinnusker, le lac d‘Álftavatn, le désert de Mælifellssandur, les gorges de la Markafljót, la vallée de Þórsmörk et le col de Fimmvörðuháls entre les glaciers Mýrdalsjökull et Eyjafjallajökull.

Le parcours est ponctué de refuges mais ce trek magnifique étant victime de son succés, sa réalisation ne se prête pas à l‘improvisation de dernière minute pour qui voudrait passer ses nuits « en dur » et non en camping. En effet, à moins de réserver sa place en refuge des mois à l‘avance, il vous faudra passer par une agence de voyage locale comme Destination Islande pour espérer décrocher le graal. L‘avantage est alors que l‘organisation de votre trek, qu‘il soit guidé ou se fasse en rando-liberté, ne sera pas baclée et vous permettra de profiter pleinement de ces quelques jours de marche en région isolée.

...et tellement plus encore!


En retrait des pistes principales et du traffic soutenu des véhicules 4×4 ; loin, bien loin de toute région habitée, des circuits traditionnels et du sentier de plus en plus saturé du Laugavegur, la réserve naturelle de Fjallabak cache à la vue des voyageurs impatients ses paysages les plus sauvages, les plus spectaculaires et surtout, les plus mémorables. Qui n‘a pas marché le long des vallées de la Tungnáa et de la Skaftá ; qui ne s‘est pas engouffré dans les gorges de Jökulgil ou de Sveinsgil, au plus profond de la caldeira du Torfajökull ; qui ne s‘est pas faufilé dans les parties secrètes de la faille d‘Eldgjá ou ne s‘est pas égaré sur les arrêtes de Ljósártungur ; qui n‘a pas exploré les abords du lac d‘Hólmsárlón ou les moraines du glacier Entujökull ; bref, qui n‘a pas posé le pied en dehors des sentiers battus pour explorer vraiment ce qu‘il y a « derrières les montagnes », n‘a finalement pas goûté grand chose au charme secret et indicible du Fjallabak.

Mais pour accéder à ces trésors naturels, pas le choix que de faire appel aux services d‘une agence et d‘un guide local, familier de ces régions. Car ces montagnes sont trop sauvages et trop isolées pour que l‘on s‘y aventure sans une connaissance approfondie du terrain, de son climat et de ses dangers. Mais sous la houlette d‘un guide expert, votre récompense sera alors de taille, explorant des contrées qui sont et resteront encore longtemps épargnées par le tourisme de masse, barbottant par ici dans des sources d‘eau chaude naturelle oubliées de tous, et crapahutant par là sur des sommets qui sont autant de miradors sur ces payages parmi les plus beaux de la planète.

Landmannalaugar en hiver


La traversée de la réserve naturelle de Fjallabak en véhicule 4×4 ou en bus de ligne n‘est possible que de la fin juin jusqu‘à la mi-septembre environ, période également idéale pour la randonnée et le trekking. Les températures sont fraîches (entre 5 et 12°C) et le camping n‘est d‘ailleurs véritablement envisageable qu‘en juillet et août. Mais en été, la nature est vive et colorée, les journées sont sans fin jusqu‘à la mi-août et les lumières d‘automne sont magnifiques après cela, avec en prime, le retour des aurores boréales coincidant avec celui de la nuit.

En dehors de cette courte période estivale, toute la région, de même que l‘ensemble des hauts plateaux d‘Islande, est fermée à la circulation. Mais que cela ne vous dissuade pas d’envisager un séjour dans les montagnes du Fjallabak en hiver : de février à avril, c’est absolument somptueux ! Très peu fréquenté en cette saison et isolé du reste du pays par la rigueur de l‘hiver arctique, cet univers de glace et de feu n‘est accessible qu‘à bord de super-jeeps conduites par des chauffeurs experts. Une fois sur place, entre de merveilleuses randonnées en raquette ou en ski de randonnée au milieu de paysages imaculés et grandioses, vous pourrez alors profiter d‘une baignade improbable dans la rivière d‘eau chaude qui, à Landamnnalaugar serpente sous un ciel bariolé d‘aurores boréales à la nuit tombée. Chaque soir, dans le cadre d‘un refuge de montagne rustique mais chaleureux, vous vous laisserez bercer par le hululement du vent, oubliant rapidement le froid piquant de l‘extérieur en vous réchauffant autour d‘une soupe brûlante et en vous rassasiant autour d‘un repas copieux. Vous voilà alors au cœur de l’Islande, loin de tout mais si près de l’essentiel. Des moments inoubliables !

Nos voyages associés


Demande de devis