L’Islande, le feu sous la glace…

Blickfang

En Islande, plus d’un dixième des terres est recouvert par d’immenses glaciers (jökull en islandais). Ils recouvrent pour la plupart de terribles volcans. Les éruptions sous-glaciaires provoquent des explosions phréatiques et nuages de cendres impressionnants (rappelez-vous l’éruption du volcan Eyjafjallajökull en 2010…). Face à une telle pression et un tel choc thermique, une partie du glacier cède et fond, provoquant alors des vagues cataclysmiques que l’on appelle jökulhlaup. Au nombre des principales caldeiras dissimulées sous les glaciers d’Islande, on peut nommer celles de Grimsvötn, Bárðarbunga et Öræfajökull sous le glacier Vatnajökull, et celle de Katla sous le Mýrdalsjökull.

Les plus beaux glaciers d’Islande


Dominé au sud par le stratovolcan Öræfajökull, et au nord par le massif volcanique des Kverkfjöll, le Vatnajökull est le plus vaste glacier d’Islande. D’une grandeur comparable à celle de la Corse et de la Crète en Mer Méditerranée, ou bien encore de l’île d’Anticosti et du lac Ontario à chaque extrémité du fleuve St-Laurent en Amérique du Nord, la calotte du Vatnajökull, d’une épaisseur moyenne de 400 m, est aussi la plus grande d’Europe de par son volume. Le Parc national du même nom, qui bien évidemment intègre le glacier au complet, regroupe aussi des sites qui, en marge du géant de glace, sont parmi les plus spectaculaires de l’île : Skaftafell, Langisjór, Laki, Askja, gorges de Jökulsárgljúfur, canyons d’Eldgjá et Ásbyrgi… Été comme hiver, le Vatnajökull est aussi un terrain de jeu exceptionnel et l’on y pratique des activités telles que la randonnée glaciaire, l’escalade de glace, la motoneige ou bien encore la visite de grotte de glace. Les plus aguerris pourront également entreprendre la traversée hivernale de la calotte à ski, ou bien encore l’ascension au printemps de son plus haut sommet, le Hvannadalshnúkur, point culminant d’Islande (2109 m).

Derrière le nom somme toute bucolique du « glacier de la vallée du marais » se cache une réalité plus menaçante. En effet, sous la calotte du glacier Mýrdalsjökull somnole le volcan Katla, le plus grand d’Islande de par sa superficie (près de 600 km2), mais aussi le plus menaçant de par la violence de ses éruptions (on lui doit notamment celle d’Eldgjá au Xè siècle). Mais ne craignez rien ! Ce géant est surveillé de très près. Et entre deux éruptions, il ne faudrait sous aucun prétexte manquer de visiter les régions avoisinantes. Au nombre de celles-ci, il y a la bande côtière qui, au sud du glacier, est de toute beauté : plages de sable volcanique immenses que l’on doit naturellement au volcan Katla ; falaises d’orgues basaltiques qui sont les restes, nous vous le donnons en mille, d’anciennes éruptions ; zones montagneuses encaissées et verdoyantes dont nous tairons l’origine pour ne pas donner l’impression de tout vouloir mettre sur le dos des volcans… Il y aussi la spectaculaire vallée de Þórsmörk, dans le sud-ouest, magnifique réserve naturelle blottie entre les contreforts du Mýrdalsjökull et de deux autres volcans-glaciers plus modestes, l’Eyjafjallajökull et le Tindfjallajökull. Enfin, au nord, en marge des contreforts colorés de la caldeira du Torfajökull qui annoncent les paysages chatoyants de Landmannalaugar, s’étendent les sandars de Mælifellssandur, zone austère et désertique ponctuée ici et là de cônes volcaniques tapissés d’une mousse aux verts éclatants.

Bien qu’il ne culmine qu’à 1355 m d’altitude, le Langjökull n’en est pas moins le deuxième plus grand glacier d’Islande (950 km2). Du fait de sa proximité relative avec Reykjavík, il est devenu une destination privilégiée des excursions au départ de la capitale. Que cela soit en super-jeep ou en motoneige, la calotte du glacier est ainsi arpentée toute l’année par des engins motorisés. Mais depuis 2015, il est aussi devenu possible de marcher… à l’intérieur du glacier ! En effet, un tunnel de glace artificiel a été creusé dans la calotte et peut aujourd’hui être visité toute l’année. Mais cette attraction ne durera pas éternellement car si la tendance actuellement observée par les glaciologues islandais se maintient, le réchauffement climatique viendra à bout de ce glacier dans un horizon relativement proche de 80 à 120 ans !

Bien qu’il soit l’un des plus petits du pays (11 km2), le glacier Snæfellsjökull et le volcan éponyme qu’il chapote offrent certainement l’une des images les plus belles et marquantes d’Islande. Tel un Mont Fuji des mers du Nord, le Snæfellsjökull se dresse majestueusement à l’extrémité occidentale de l’Islande, tout au bout de la longue péninsule de Snæfellsnes. Situé à 120 km à vol d’oiseau de Reykjavík, sa silhouette est clairement visible par temps clair depuis la capitale. Le parc national au centre duquel ce volcan se dresse est fortement marqué par ses éruptions passées, la plus récente datant d’il y a environ 1800 ans, soit plus de 600 ans avant les débuts de la colonisation de l’île. Dans des ambiances vivifiantes et marine, ne manquez pas de vous balader autour de la montagne, le long de côtes sauvages peuplées de nombreux oiseaux en été et balayées par les violentes tempêtes de l’Atlantique Nord en hiver. Les passionnés de géologie et d’aventure relieront avec plaisir le roman « Voyage au Centre de la Terre », puisque Jules Verne l’avait imaginé justement au fond du Snæfellsjökull.

Nos voyages associés


Demande de devis