À la découverte de la faune marine islandaise

anderm

Points de contact entre les courants glacés de l’Arctique et les eaux tempérées de l’Atlantique Nord, les mers d’Islande abritent une vie des plus intenses. Peuplées de plancton, de krill, de morues, de harengs et de capelans, elles sont surtout une zone privilégiée par les grands mammifères marins à la recherche de nourriture en abondance pour leur progéniture.

Entre autres grands cétacés, les mers d’Islande sont parcourues par de nombreuses baleines à bosse, baleines bleues et autres espèces de rorquals (famille des cétacés à fanons), ainsi que par des dauphins à nez blanc, des marsouins, des cachalots, des orques et, plus rarement, des bélugas (cétacés à dents). Les premiers se nourrissent de krill et de plancton, tandis que les seconds s’attaquent aux gros poissons, voire même aux oiseaux et aux autres mammifères marins. Au cours de vos sorties en mer, peut-être rencontrerez-vous également l’énorme requin pèlerin (beinhákarl en islandais, Basking shark en anglais). Deuxième plus gros poisson du monde, rassurez-vous il est totalement inoffensif et ne se nourrit que de plancton. Enfin, en promenade sur les plages d’Islande, vous  rencontrerez fréquemment des colonies de phoques gris et surtout, de phoques veau marin qui paressent paisiblement au soleil.

Au pays des baleines


En Islande l’espèce la plus commune est appelée hrefna : il s’agit du petit rorqual (Minke whale en anglais). C’est la plus petite des baleines, elle mesure entre 6 et 9 m et peut vivre une cinquantaine d’années. La baleine à bosse (hnúfubakur en islandais, ou Humpback whale en anglais) est beaucoup plus grosse (13 à 17 m) et offre un spectacle fascinant. Très joueuse, elle saute parfois hors de l’eau et agite à la surface ses gigantesques nageoires pectorales, mesurant environ un tiers de la longueur de son corps. Son souffle, qui peut atteindre 3 m de haut, est facilement repérable. La baleine bleue est quant à elle connue pour être le plus grand mammifère marin, mais aussi le plus gros animal ayant jamais vécu sur terre, son poids pouvant représenter jusqu’à 20 fois celui du petit rorqual !

Pratiquée à grande échelle entre 1948 et 1985, la chasse à la baleine a ensuite vu son activité diminuer et reste approuvée par une large majorité des Islandais, pour des raisons historiques et culturelles. C‘est un maximum de 400 individus par an (moins de 0,5% du nombre total des individus présents dans l’Atlantique Nord) qui est aujourd’hui chassé annuellement par les Islandais, et seuls les petits rorquals et les rorquals commun sont concernés (populations respectives de 32 000 et 20 000 individus dans l’Atlantique Nord). Le produit de cette chasse alimente principalement le marché japonais mais aussi, dans une moindre mesure, le marché local, la baleine étant présente dans les rayons des principaux supermarchés ainsi que sur le menu de plusieurs restaurants de la capitale. Aujourd’hui ces grands cétacés sont de plus en plus nombreux à peupler le littoral, et les compagnies de croisières aux baleines fleurissent dans le pays, emmenant les curieux sur d’anciens bateaux de pêche à la recherche de ces majestueux mammifères marins.

Observation en mer


Dans l’hémisphère nord, les baleines passent l’hiver autour du tropique du cancer où elles mettent bas et élèvent leurs baleineaux. Dès le mois de janvier, elles entament un voyage de près de 10 000 km pour regagner les eaux glacées de l’Arctique et y profiter, pendant les mois de l’été, de l’abondance de nourriture.

Si l’ensemble du littoral islandais permet l’observation de nombreux cétacés, les côtes septentrionales et occidentales constituent depuis toujours une étape privilégiée pour les baleines à bosse et un certain nombre de baleines bleues. Le principal point de départ pour l’observation des baleines est le petit port d’Húsavík, dans le Nord. Mais on pratique aussi l’activité à partir de la capitale Reykjavík, d’Ólafsvík et Grundarfjörður (péninsule de Snæfellsnes à l’Ouest), d’Ísafjörður (Fjords du Nord-Ouest) et des ports d’Akureyri et Dalvík dans le fjord d’Eyjafjörður (Nord).

Quels oiseaux observer en Islande ?

Quels oiseaux observer en Islande ?
Voir l‘article
Demande de devis