Camping et campers

forcdan

En été, le camping est sans conteste la façon la plus authentique de voyager en Islande. C’est en tout cas celle que favorisent les locaux dans leur écrasante majorité pour profiter de leur pays à la belle saison, de début juin à la fin août.

Mais bizarrement, pour beaucoup de voyageurs étrangers, la perspective de faire du camping en Islande paraît le plus souvent être effrayante et inconcevable… À notre avis, il s’agit là d’une grosse erreur d’appréciation tant il nous semble que le camping est vraiment la meilleure façon de découvrir le pays, et de le faire en totale liberté tout en s’imprégnant vraiment de ses ambiances magiques et de sa nature sauvage. Mais peut-être que l’argument météorologique est celui qui prend le dessus dans la tête des gens et les dissuadent d’opter pour un séjour en camping ?

Faire du camping en Islande


Attentifs aux prévisions météorologiques, les Islandais savent bien que malgré la petitesse de leur territoire, le climat peut varier grandement d’une région à l’autre. Aussi n’hésitent-ils donc jamais à établir le programme de leur week-end ou de leurs vacances estivales en fonction des prévisions à court terme, décidant bien souvent à la dernière minute d’aller planter leur tente là où le soleil est censé faire ses plus belles apparitions.

Bien sûr, les Islandais savent aussi pertinemment qu’il sera difficile de toujours passer au travers des gouttes et que le soir venu, les températures sont toujours fraiches, n’atteignant que rarement la barre des 10°c aux petites heures du matin. Ils s’arment donc de leurs plus beaux pulls traditionnels (la fameuse lopapeysa), de leurs bottes ou godillots de marche, de leurs vêtements de pluie les plus performants et d’un sac de couchage bien douillet. Ils s’assurent ainsi de ne jamais souffrir ni du froid, ni de l’humidité, et de toujours passer de grands moments de plaisir en famille, beau temps mauvais temps !

Les avantages du camping


Quant aux voyageurs, si tant est qu’ils soient correctement vêtus et équipés du matériel adéquat, opter pour le camping à l’occasion d’un séjour estival en Islande comprend plusieurs avantages. Tout d’abord, voyager en camping coûte largement moins cher que si l’on privilégie plutôt les formes d’hébergement en dur. En effet, du fait d’une demande accrue mais d’une offre qui n’arrive pas toujours à suivre le rythme, les prix des hébergements ont flambé ces dernières années en Islande, et seul le camping est aujourd’hui abordable pour les personnes voyageant avec un budget serré. Pour ceux qui voyagent avec un budget un peu plus large mais pas illimité pour autant, faire le choix du camping pour une ou plusieurs nuits permettra de mettre quelques sous de côté pour une activité, pour un bon repas, ou pour se permettre de louer un véhicule 4×4 afin d’explorer les sites naturels d’exception que l’on trouve dans les hautes terres (Landamnnalaugar, Eldgjá, Laki, Kerlingarfjöll, Askja, Langisjór…).

D’ailleurs, en parlant des hautes terres… Étant donné qu’en dehors de quelques refuges de montagne bondés, on y trouve quasiment aucun autre type d’hébergement en dur, il est bien souvent difficile d’obtenir des places dans ces fameux refuges, en tout cas pour ceux qui s’y prendraient un peu trop tard dans la réservation de leur voyage. Il devient alors indispensable d’opter pour une formule avec des nuits en camping si l’on souhaite consacrer du temps à l’exploration des contrées les plus sauvages et les plus reculées du pays. Mais si vous voulez notre avis, ce n’est peut-être pas plus mal ainsi, car on dort beaucoup mieux en camping que dans les refuges qui sont bien souvent surchauffés, mal aérés et très bruyants.

Et puis riche ou pas, budget pharaonique ou lilliputien, c’est bien simple : vous ne toucherez vraiment à l’âme et à l’essence intime de l’Islande qu’au contact direct de sa nature, bercé à la nuit tombée par le murmure de ses ruisseaux, le bruissement de ses vents, le tapotis de ses averses sur le toit de votre tente… Si un peu de fraîcheur et un confort rustique sont le prix à payer pour vivre ces instants inoubliables, c’est en définitive peu cher payé.

Les fausses idées et les pièges à éviter


Contrairement à la croyance irrationnelle qu’un nombre trop élevé de voyageurs semble entretenir à l’endroit de l’Islande, le camping sauvage n’est pas autorisé dans le pays et cette pratique est généralement très mal vue par la population locale. La nature islandaise est extrêmement fragile et il n’est tout simplement pas acceptable de penser que l’on peut s’installer n’importe où comme si de rien n’était. Et pour ceux qui braveraient cette interdiction, qu’elle soit pure et simple dans tous les parcs nationaux et réserves naturelles du pays, ou bien non écrite mais reconnue par tous ailleurs dans le pays, ne soyez pas surpris de vous faire déloger vertement et sans ménagement au beau milieu de la nuit, que cela soit par un ranger qui ne se gênera pas non plus de vous donner une amende, ou par un Islandais excédé par votre sans-gêne et votre flagrant manque de respect pour la nature de son pays.

Il est aussi mal venu de penser que l’on peut camper en Islande comme on le ferait à la saison estivale en France, au Québec ou, de manière générale, dans des contrées où l’été correspond vraiment à l’image traditionnelle que l’on s’en fait : chaud, ensoleillé, paisible… Car l’été islandais, seule saison à laquelle on peut sérieusement songer à camper dans le pays, ressemble plus au printemps ou à l’automne de l’Amérique du Nord ou de l’Europe continentale. Il n’y fait pas un froid de loup, certes, mais ce n’est pas la canicule non plus ! Qui plus est, des coups de vent parfois violents sont toujours possibles et la pluie est généralement au rendez-vous. Les petites tentes Quechua à deux francs six sous sont donc à proscrire (elles seront détruites et/ou inonder au premier coup de zef ou à la première ondée). Quant au vieux sac de couchage qui traîne dans le placard de vos parents depuis la dernière soirée pyjama de votre adolescence, n’y pensez même pas… En été, en Islande, il vous faudra une tente 3 saisons très solide et un sac de couchage performant de confort -5 à -10°c, les plus frileux devant même envisager un drap d’auberge en complément, des sous-vêtements longs et un bonnet pour éviter à la chaleur du corps de s’évaporer pendant la nuit…

Enfin, à de très rares exceptions près, les campings islandais sont rustiques, voire très rustiques. Pas de prises de courant, de sanitaires rutilants, de buvette pour les parents et Club Mickey pour les enfants… La nature est reine en Islande et les terrains de camping « aménagés » se limitent le plus souvent à un carré d’herbe tondu, à quelques lavabos et toilettes, et parfois (mais pas toujours) à des douches qui, quand il y en a, sont souvent payantes. Une table de pique-nique ici et là et un barbecue mis à la disposition des campeurs viennent occasionnellement compléter le tableau, mais c’est tout. Bref, si pour vous, camping veut dire roulotte ou cabanon aménagé, yourte ou campement sophistiqué de type Out of Africa, vous faites fausse route.

Tente, camping-car et camper 4x4


Pour les formules de voyage en autotour (avec véhicule de location) incluant des nuits de camping, nous fournissons tout le matériel nécessaire et adapté. La seule chose qu’il faut prendre avec vous dans vos bagages sera votre sac de couchage (bien que nous puissions également vous en fournir, mais uniquement à la location et sur demande avant votre arrivée en Islande). Pour le reste, tout est inclus : tente 3 places (de type Vaude Mark ou similaire) pour 2 adultes par tente maximum, matelas de sol autogonflants, bâche de sol en plastique, kit de cuisine incluant réchaud de type Primus et bouteille de gaz, ustensiles et popotes, glaciaire, bouteille thermos… Pour les trekkings en autonomie, nous fournissons également tout l’équipement nécessaire, mais dans un format évidemment réduit et allégé, et nous incluons également la nourriture (lyophilisé et autres), prévoyant même des envois en cours de trek quand cela est possible, afin de limiter le poids que vous aurez à porter dans votre sac-à-dos.

Il est aussi possible de louer des camping-cars pour 2 à 6 personnes maximum, mais attention : ces véhicules ne peuvent pas emprunter les pistes 4×4 du pays et ne vous permettront donc pas de visiter les hautes terres. Pour cela, il faudra plutôt envisager la location d’un véhicule camper 4×4. Cependant, ceux-ci sont exigus et s’ils peuvent assoir 4 personnes dans la cabine du véhicule, le couchage et l’espace dans la « chambre » est limité à deux adultes ou, tout au plus, à un couple voyageant avec un jeune enfant. Pour 3 à 4 personnes, il faudra donc prévoir une tente et du matériel d’appoint que nous pouvons évidemment fournir.  Enfin, dernière mise en garde concernant la location de camping-cars et de campers 4×4 en Islande : elle est extrêmement chère et ne saurait donc en aucun cas être envisagée comme une solution alternative viable pour réduire le budget d’un séjour en Islande. Il doit plutôt s’agir d’une approche et d’une philosophie du voyage séduisante pour vous, sans quoi cette façon de voyager n’est pas faite pour vous. De plus, ces véhicules sont en nombre très limité auprès des différents loueurs du pays et il faut donc les réserver longtemps à l’avance.

Demander un devis