Un noël (pas comme les autres) en Islande

En France, le Père Noël passe le 24 décembre dans la nuit pour amener plein de cadeaux aux petits, mais aux grands aussi …

En Islande, pas de Père Noël, mais 13 sales garnements qui descendent de leurs montagnes et passent chacun leur tour dès la nuit du 12 décembre !

Ils ont tous de drôles de défauts que les enfants ne doivent surtout pas attrapper au passage, en étant sages comme des images, pour recevoir alors un petit cadeau, chaque nuit, dans leurs chaussures laissées en bordure de fenêtre, et ce, jusqu‘au 24 inclus (attention, on a dit ‘‘petit cadeau‘‘ et si on a été sage, sinon il y aura une patate ou une vieille carotte dans votre chaussure !! HAHAHA !!)

  • 12 DEC – Stekkjastaur est le premier : il harcèle les brebis pour leur voler leur lait. Mais ses jambes de bois sont très raides et ne lui rendent pas la tâche facile !
  • 13 DEC – Giljagaur : il se cache dans les canyons, avec son seau, attendant l´occasion de se faufiler dans l’étable pour y voler du lait lui aussi, mais de vache !
  • 14 DEC – Stúfur est le plus petit (en taille), il se faufile ainsi dans les maisons. Là, il s´approche de la cuisine et en profite pour racler, avec son doigt, les morceaux brûlés laissés au fond des casseroles. Quel glouton !
  • 15 DEC – Þvörusleikir : il tient son nom de ‘’þvörur’’, lécher, il s’en prend à toutes les cuillères de la maison !
  • 16 DEC – Pottaskefill finit les restes du dîner dans les chaudrons.
  • 17 DEC – Askasleikir, se cache sous le lit des enfants, attendant patiemment qu’ils posent au sol leurs bols, pour ensuite les voler (ça vous étonne !?).
  • 18 DEC – Hurðaskellir prend un malin plaisir à faire grincer les charnières et faire claquer les portes, justement quand tout le monde dort !!
  • 19 DEC – Skyrgámur est un des plus gloutons (vous en connaissez un qui ne l’est pas ?). Il se gave de skyr (souvenez-vous, le fameux yaourt / fromage blanc islandais) jusqu’à éclater !
  • 20 DEC – Bjúgnakrækir, grimpe aux poutres et vole les saucisses qui y sont suspendues.
  • 21 DEC – Gluggagægir, bizarre celui-là : il aime regarder par les fenêtres à la recherche de belles choses à voler, il aime aussi un peu espionner !
  • 22 DEC – Gáttaþefur a un énorme nez et, du coup, un odorat très développé qu´il utilise pour flairer le ‘’laufabrauð’’, ces fines galettes frites, spécialité islandaise de Noël. C’est aussi un très bon détective !
  • 23 DEC – Ketkrókur se poste sur le toit de la ferme et utilise une longue perche munie d’un crochet. Il la fait glisser à l’intérieur de la cheminée et vole la viande qui rôtit au feu.
  • 24 DEC – Kertasníkir, enfin, suit les enfants pour leur voler leurs bougies. Dans le temps, elles étaient faites de suif et étaient donc ‘’bonnes’’ à manger (heu, on vous conseille de ne pas essayer quand même !!). Aujourd’hui, il a sans doute du mal à en trouver des comestibles !

Ce n’est pas tout ….

  • Grýla est l’effrayante mère troll des 13 garnements. Et elle détecte les enfants qui n’ont pas été sages ! Elle quitte sa chaumière dans les montagnes pour chasser les chenapans et les préparer en ragout !! Beurkk ! D’après la légende, elle n’est jamais à cours de nourriture pendant les fêtes de Noël (il y a toujours des sales gosses, ça se sait !) !
  • Leppalúði est le père des 13 garnements et un peu le perdant de la famille. On dit de lui qu´il est paresseux et faible. Il ne fait rien de particulier et ne rôde jamais autour de Grýla, seulement pour se régaler de son ragout !
  • Enfin, il y a Jólakötturin, leur chat féroce qui mange tout le monde, en particulier les enfants. Et plus spécialement ceux qui ne reçoivent pas de nouveaux vêtements pour Noël ! Gare à vous !

Gleðileg Jól ! Joyeux Noël, quand même …

Alors reprenons, les traditions islandaises en matière de fêtes sont quelque peu hors normes avec des chaussures aux fenêtres, un chat qui mange les enfants, un déluge de livres et des plats curieux …

Petite mise au point sur le calendrier des festivités :

LE 23 DÉCEMBRE

Þorláksmessa est le jour du saint patron de l’Islande, St Þorlákur. C’est le dernier jour avant la célébration de Noël. Pour la plupart des islandais, c’est la plus grande journée de shopping et beaucoup passent la journée à se procurer les derniers cadeaux, avant de se retrouver autour d’un verre entre amis ou …au restaurant !

En effet, une coutume particulière est de manger de la raie fermentée. L’arôme dégage les sinus, on vous prévient tout de suite ! Le plat se mange chaud, avec pommes de terre vapeur et beurre, sans oublier un petit peu de gras de mouton frit sur le dessus …un petit festin, au resto donc, on n’aura pas l’odeur divine de retour à la maison !

 

En Islande, les arbres de Noël étaient autrefois en bois et décorés de branches de genévrier pour ressembler à un véritable arbre de Noël, principalement parce qu’il n’y avait pas d’arbres à feuilles persistantes que l’on pouvait abattre (vous l’aviez remarqué, non ? ? ). Aujourd’hui, la plupart des Islandais utilisent plutôt de vrais arbres (importés) ou plus récemment artificiels. La tradition est de les décorer un jour ou deux seulement avant Noël. Ils trônent ensuite dans le salon jusqu’à ce que les 13 garnements aient regagné leur montagne, le 6 janvier, douzième nuit après Noël.

 

LE 24 DÉCEMBRE

La veillée de Noël est la nuit la plus importante de la célébration de Noël. En Islande, Noël commence officiellement le 24 décembre à 18 heures tapantes. À ce moment-là, la majeure partie du pays a revêtu ses plus beaux habits de fête (idéalement de nouveaux vêtements, pour repousser Jólakötturin, le chat féroce (vous suivez ?)).

Tout le monde s’assoit autour d’une belle table pour le dîner : c’est une soirée très intime et festive que les islandais ne passent généralement qu’avec leur famille. Après le dîner, tout le monde se déplace près du sapin pour ouvrir les cadeaux.

Une passion pour les livres en Islande et sa ‘’Jólabókaflóð’’, littéralement, «inondation de livres de Noël». L’Islande publie plus de livres par habitant que n’importe quel autre pays. La majeure partie des ventes de ces livres a lieu en cette période de fin d’année. La principale raison de ce déluge est la tradition de longue date en Islande de donner des livres comme cadeaux de Noël : chaque Islandais reçoit au moins un livre sous le sapin chaque année. Nombreuses personnes se délectent à la seule pensée de se glisser enfin entre les couvertures avec un nouveau livre !

En Islande, le 25 et le 26 décembre sont fériés, la fête de Noël se poursuit avec l’autre partie de la famille ou avec des amis.

 

QU’EST CE QU’ON MANGE ?

L’une des traditions inébranlables de l’avent en Islande est le buffet de Noël. La plupart des restaurants le proposent et presque tout le monde y participera au moins une fois. Le choix est énorme et très varié : différents types de harengs, de saumon fumé et aromatisé, pâtés de renne, macareux fumé… et ce pour les entrées. Les plats chauds incluent normalement l’agneau fumé omniprésent, le dos de porc, le jambon entier, la dinde, … sans oublier la farandole des desserts !

Depuis des siècles, l’agneau fumé ou hangikjöt (la viande suspendue servie coupée en tranches comme un rôti) reste le repas gastronomique traditionnel de Noël.

La plupart des familles ont tendance à s’en tenir encore à la tradition pour leur repas de Noël.

Les plats populaires à Noël comprennent la perdrix des neiges (dans les familles de chasseurs), le jambon entier glacé, du chou rouge cuit dans du vinaigre de vin rouge + cannelle, des petit pois compotés et des patates dans de la sauce béchamel sucrée !

Le renne, la dinde et même le bœuf Wellington font partie des mets plus en vogue ces dernières années.

 

Le Laufabrauð, littéralement « pain en feuilles », est une galette au blé frit, très fine, avec des motifs découpés décoratifs complexes. Pendant l’avent, familles et amis se réunissent pour les confectionner car c’est un travail délicat et très minutieux. Elles remplacent le pain à table les jours de fête.

La fabrication des biscuits ‘’Piparkökur’’ (mot pour mot ‘’biscuit au poivre’’) en décembre donne un vrai avant-goût de Noël. Dans tout le pays, les enfants aident les mamans et décorent ces biscuits aux épices et gingembre, qu’ils façonnent en étoiles, cœurs, petit bonhomme…, avec des glaçages de couleurs différentes.

 

… ET À BOIRE ?

La boisson traditionnelle islandaise de Noël est un mélange sans alcool à base d’extrait de malt (Maltöl) et d’orangeade (Appelsin, le Fanta islandais), tous 2 produits localement. Les débats sont constamment ouverts sur la proportion du mélange parfait : 50/50 ou 60/40 ? orangeade ou malt en premier ? Qu’en pensez-vous ? Essayez par vous-mêmes !

LE RÉVEILLON DU 31 DÉCEMBRE EN ISLANDE

Le Jour de l’An est aussi une fête importante. La fête commence, comme Noël, vers 18 heures, avec un grand dîner de fête. À 22 h 30, le très attendu « Áramótaskaup », un programme d’une heure à la télévision qui revient sur les évènements marquants de l’année avec sarcasme et ironie. Plus de 90% de la population islandaise le regarde, les rues de Reykjavík sont alors pratiquement désertes.

La folie du Nouvel An commence un peu avant minuit. En Islande, les feux d’artifice sont vendus sans restriction au public entre Noël et le Jour de l’An, les islandais en tirent depuis leur jardin ou le littoral. Ce petit pays d’environ 340 000 habitants réussit quand même à plus de 500 tonnes de feux d’artifice la seule nuit du 31 !

Des feux de joie sont allumés dans tout le pays pour symboliser la fin de l’année passée (‘’la vieille année’’), on y brûle toutes les vieilleries pour faire table rase et bien démarrer la nouvelle année !

Il y a toujours une très bonne ambiance à ces feux, les familles avec leurs enfants, visages heureux et emmitouflés, amis et voisins se mêlant, entre la chaleur du feu et le froid de la nuit … parfois entre quelques chants !

 

LE 06 JANVIER

Þrettándinn (12ème nuit après Noël)

Si vous n’avez pas assisté aux explosions et feux d’artifice du Réveillon, ne vous inquiétez pas, attendez juste la Þrettándinn (la nuit des rois) !

Beaucoup de superstitions rôdent autour de Þrettándinn. Cette nuit-là, le dernier garnement enfin rentré dans ses montagnes, les elfes et le monde caché sortent (gardez vos lumières allumées toute la nuit pour qu’ils ne viennent pas s’installer dans l’un de vos coins sombres), les vaches se mettent à parler et les phoques quittent leur peau (comme un pyjama) pour marcher sur terre comme les hommes !

Il y a habituellement aussi un feu de joie et c’est le dernier soir où les islandais sont autorisés à tirer leurs derniers feux d’artifice. La nouvelle année s’installe !

Nos suggestions de voyages